Article: Les sanctions éducatives

Les sanctions éducatives

Les sanctions éducatives

Quelle distinction fais-tu entre « sanction » et « punition » ?

Elisabeth Maheu : "du point de vue de l’étymologie, la punition, c’est la peine, le châtiment. « tu as mal fait, donc tu dois avoir mal ». La punition vise la non-récidive, la soumission à la règle par peur de représailles… La punition s’exerce dans un rapport de force déséquilibré, comme un règlement de comptes.
Le mot « sanction » est de la famille de « sanctifier », rendre sacré. Avant de parler de « sanctionner une faute ou un coupable », on disait « sanctionner une loi », c’est-à-dire la rendre sacrée, se donner les moyens qu’elle soit respectée. La différence entre punition et sanction est importante, surtout du point de vue de l’intention de celui qui sanctionne, et de sa relation avec le sanctionné. La loi triangule la relation entre l’éducateur et l’éduqué : « Là, il y a une règle, que ni toi ni moi ne pouvons changer aujourd’hui. Qu’allons-nous mettre en place pour que tu la respectes ? » Quand la parole ne suffit pas, la sanction peut être une contrainte ferme, car règles et lois doivent être garanties, comme condition du vivre ensemble. Cette contrainte n’a pas comme but d’être pénible, mais de rendre responsable.

La sanction amène la personne à être actrice de la situation afin de trouver une solution qui convient aux deux parties. A la base il y a un appel à l’ordre contraignant puisque l’on rappel le devoir de respecter la loi mais par la suite avec la personne on effectue une réflexion afin d’amener la personne à être responsable de ses actes.
4En effet, la sanction n’est pas une fin en soi, elle est un moyen pour garantir les règles qui vont permettre de mieux vivre ensemble. Nous privilégions donc les sanctions qui visent la compréhension de la règle commune, tout en manifestant à l’enfant le respect scrupuleux de sa personne et du citoyen qu’il est en train de devenir.

Une sanction éducative ne se présente ni comme un châtiment ni comme une punition, mais comme une contrainte non-violente qui s’applique au contrevenant, visant à ce qu’il assume concrètement sa responsabilité : sa responsabilité vis à vis d’autrui, sa responsabilité vis à vis du groupe et de ses règles et sa responsabilité vis à vis de lui-même. "

J’ai découvert qu’il existe de nombreuses manières de résoudre les conflits lorsque l’on permet aux personnes d’être actrices lors de la résolution du conflit. La créativité est également très importante lorsque vous vous retrouvez face à un conflit. Il faut faire appel à son imagination afin de trouver des solutions. (je donnerai des exemples dans la partie pratique)

Ajouté le: Lundi 01 mars 2010 @ 15:31

Vous devez activer le Javascript pour afficher l'e-mail

© Kabloonak Communications 1999-2019